You are here: Home / LLE's activities / Projets émergents / Parendel’ Handi

Parendel’ Handi

Parendel’Handi veut nourrir la réflexion sur les inégalités sociales et territoriales d’accès à l’inclusion scolaire, sur les paradoxes de l’individualisation des parcours dans le paradigme inclusif, enfin sur l’expérience située et évolutive de familles assignées peu ou prou au stigmate de leur enfant, mais qui articulent représentations et comportements dans des cadres sociétalement différenciés.

 

L’inclusion des élèves handicapés dans l’école ordinaire s’impose depuis les années 2000 sur l’agenda politique de la plupart des pays occidentaux. En France, lestravaux de la DEPP montrent que l’inclusion scolaire est allée bon train, mais les chiffres recouvrent des réalités qualitatives variées et l’on dispose d’un corpus de données encore très agrégées sur l’expérience familiale de l’inclusion scolaire ; par ailleurs, les travaux macrosociologiques sur la mise en œuvre comparée de ces politiques inclusives ne rendent pas compte de l’expérience familiale des parcours inclusifs et ne permettent pas de mettre en perspective, à l’échelon international, ces usagers particuliers de l’école que sont les parents de jeunes en situation de handicap, scolarisés dans leur collège ou leur lycée de proximité. On manque ainsi de travaux qui participeraient à renseigner plus largement les interrogations en cours sur la réceptiondes politiques publiques, et la confiance des citoyens et usagers dans l’effectivité des droits via la « qualité » d’un service public comme « l’école inclusive ».

Le projet Parendel’Handi vise donc à intégrer trois objectifs :

  • il souhaite renseigner la diversité des pratiques et usages des destinataires (au sens large : les familles, et pas seulement les élèves) de l’inclusion scolaire : quelles appropriations différenciées les familles font-elles des dispositifs scolaires qui leur sont proposés ? Comment arbitrent-elles entre le recours et le non-recours, comment réceptionnent-elles en pratique et en tactiques l’offre institutionnelle ?

  • il veut éclairer la variété des représentations que les familles produisent à l’égard de l’inclusion scolaire en analysant les interprétations que font les ressortissants interrogés des aménagements proposés au long de la scolarité : quelles sont leurs sources d’information, quelles significations accordent-elles à la politique d’inclusion scolaire dans son ensemble et en contexte situé, quels ressortissants y adhèrent et sous quelles modalités critiques d’autres familles la discutent, la rejettent, voire la transforment en dossier contentieux ? 

  • il vise à comparer la réception de l’inclusion scolaire sur deux terrains infra-nationaux en France (académies de Lyon et Créteil) afin de mettre au jour la diversité des rapports entre « consumérisme scolaire », « usages du droit » et « citoyenneté » dans des configurations socio-scolaires contrastées. La réception de l’inclusion scolaire est-elle différente non seulement selon le type de dispositif proposé, mais aussi selon le rôle coopératif versuscontestataire des associations de parents et de familles de jeunes handicapés ?

Pour étudier la réception des politiques d’inclusion scolaire, nous aurons recours d’une part à une analyse secondaire de questionnaire à l’échelon de deux académies ; d’autre part à deux séries d’entretiens de biographies familiales (académies de Créteil et Lyon) ; enfin à une étude de corpus de dossiers de médiation ou de contentieux sur le handicap à l’école.

Responsable du projet : Hélène Buisson-Fenet, UMR Triangle