Vous êtes ici : Accueil / Activités du LLE / Ateliers exploratoires / [2017] Pratiques d’enseignement des sciences sociales dans le supérieur

[2017] Pratiques d’enseignement des sciences sociales dans le supérieur

Atelier exploratoire sur le thème des pratiques d’enseignement des sciences sociales dans le supérieur

 

Atelier proposé par :

  • Martine Court, MCF en sociologie à l’UFR Psychologie, Sciences sociales, Sciences de l’éducation, de l’université Clermont Auvergne, LAPSCO, Centre Max Weber

  • Sylvia Faure, Professeure de sociologie à l’UFR Anthropologie, de Science Politique et de Sociologie de l’université Lyon 2, Equipe MEPS, Centre Max Weber

  • Séverine Kakpo, MCF en sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, CIRCEFT-ESCOL

  • Claire Piluso, doctorante en sociologie, ATER à l’université Lyon 2, Equipe MEPS, Centre Max Weber

  • Stéphanie Tralongo, MCF en sociologie, Pôle RTI IUT Lumière Lyon 2, Equipe MEPS, Centre Max Weber

 

Responsable : Stéphanie Tralongo

 

Présentation du projet

 

Depuis une quinzaine d’années en France et de façon plus ancienne dans d’autres pays, des dispositifs et initiatives visant la professionnalisation des enseignants du supérieur se développent (Rege Colet & Romainville 2006 ; Rege Colet & Berthiaume 2013). Il peut s’agir de manifestations de types journées d’études ou Assises, ou de services institutionnalisés tels que des Services Universitaires de Pédagogie (Frenay & Paquay 2011). Largement relayé par des publications en augmentation, le message fédérateur est le suivant : la pédagogie universitaire est une préoccupation qui doit devenir importante car elle s’inscrit dans une perspective de changement jugé indispensable à la fois pour l’intervenant (afin de soutenir son « développement professionnel »), pour l’étudiant (qui sera mieux formé par des enseignants prenant en considération son « apprentissage »), enfin pour les structures universitaires (qui pourront pleinement participer à la production d’une offre de formation de « qualité »).

Chacun de ces termes mérite d’être questionné, tout autant que la relation qu’ils établissent entre gouvernance universitaire, pratiques pédagogiques, formation des enseignants du supérieur et qualité. Ce message véhicule en creux l’image d’un enseignant du supérieur qui – d’actuel profane de la pédagogie – doit se transformer pour en devenir un expert. Il charrie également l’idée que la réussite (pédagogique, des étudiants, des universités, etc.) peut être définie de façon univoque et se mesure par exemple au taux d’insertion des diplômés. De leur côté, les pratiques actuelles de formation à l’enseignement dans le supérieur indiquent dans quels sens doivent aller les transformations : il s’agit d’organiser la mise en œuvre d’un « changement de paradigme » qui affectera tout autant le contenu que les objectifs, pratiques et modalités pédagogiques (STRANES, 2016). Ce n’est pas rien et mérite qu’on s’intéresse de plus près à ce qui constitue l’actuel existant et dont il est attendu une massive et radicale transformation.

Car sous les discours actuels et les transformations qui se mettent en place, les pratiques d’enseignement ordinaires, parfois anciennes et ancrées disciplinairement, se trouvent mises à mal au nom du changement, ou pour le moins passées sous silence. Ainsi, ce qui fonde les spécificités en matière d’enseignement dans le supérieur, qui s’est construit au fil du temps, dans des expérimentations locales et des ajustements au gré des réformes, avec un souci constant de transmission de la pratique scientifique, reste largement méconnu. Ces spécificités sont d’autant moins visibles dans certaines disciplines relevant des sciences humaines et sociales qu’il n’est pas dans leur tradition d’échanger formellement sur cette thématique.

 

Il existe pourtant l’amorce d’une réflexivité collectivement engagée sur ces questions. Même si la quantité de publications est très modeste, on peut citer un ensemble d’auteurs (Hugues 1996, Becker, 2002, 2004 ; Chapoulie, 2000 ; Soulié, 2002 ; Soulié & Gadéa, 2000 ; Siracusa 2008, Jounin, 2014), ainsi qu’un numéro du bulletin de l’Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur (n°38, 2011), qui abordent explicitement les questions spécifiques que pose l’enseignement de la sociologie. C’est dans la continuité de cette discrète et modeste « tradition » que cet atelier entend se situer.

 

Ce projet d’atelier fait suite à une première journée d’étude, organisée au mois de juin 2016 et intitulée « Les sciences sociales, des savoirs à et pour enseigner » à l’université Lyon 2. Cette journée était conjointement organisée par l’Université Lyon 2 ; l’Association Française de Sociologie (GT 46 Formation Certification Qualification et le RT 4 Education et Formation) ; l’équipe MEPS du Centre Max Weber ; l’ASES (Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur) ; le Pôle Recherche Transfert Innovation de l’IUT Lumière. L’objectif de cette journée était d’ouvrir un espace collectif d’échanges en invitant les collègues intervenant dans différentes formations du supérieur (composantes universitaires, ESPE, IUT) en sciences sociales (sociologie, science politique) à présenter soit des résultats de recherche, soit leurs pratiques d’enseignement. Au final, une douzaine de communication se sont succédées avec, en guise de conclusion, un souhait manifesté par les auditeurs de renouveler ce genre de journée d’études.

Le projet de cet atelier est ainsi de poursuivre dans cette veine en organisant un second rendez-vous, sous forme d’une journée d’étude qui se déroulera à l’automne 2017.


 

Bibliographie indicative

Becker H. (2002), Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris : la Découverte

Becker H, (2004), Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre, Paris : Economica

becquet v. & musselin c., (2004), Variations autour du travail des universitaires, [en ligne : http://cip-etatsgeneraux.apinc.org/IMG/pdf/synthese_variation_autour_du_travail_des_univ.pdf]

Bertrand C., (2014) « Soutenir la transformation pédagogique dans l’enseignement supérieur », Rapport à la demande de Madame S. BONNAFOUS, Directrice générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle

Bourdieu P., Passeron J.-C. (1964), Les Héritier. Les étudiants et la culture, Paris : Les Editions de Minuit

Chapoulie j.-M, (2000) « Enseigner le travail de terrain et l'observation : témoignage sur une expérience (1970-1985) », Genèses, /2 no 39

Faure S., Soulié C.,, Millet M., (2005), Enquête exploratoire sur le travail des enseignants chercheurs. Vers un bouleversement de la ”table des valeurs académiques” ? https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00602398

Gadea Charles & Soulié Charles, (2000) « Réflexions sur une expérience d'initiation à la recherche en sociologie à l'Université (1994-2000) », Genèses, 2000/2 no 39

Genelot S. & Lapostolle G., (2012) « Du bon usage des sciences humaines et sociales dans la formation des enseignants », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 |

Garcia S. (2008)   « L'expert et le profane : qui est juge de la qualité universitaire ? », Genèses, 2008/1 n° 70

Hughes E. (1996), Le regard sociologique, Paris : EHESS

Jounin N. (2014), Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers, Paris : La Découverte

Lebaron F. (2015) « Injonction comptable et révolution culturelle à l’Université », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 |

Leblanc F. & ali. (2011), « Echange sur nos pratiques « Enseigner dans un département de non-sociologues », Bulletin de l’ASES, n°38

Peneff J. (2004), « Les idées originales d’Howard Becker pour enseigner la sociologie », in Blanc A. & Pessin A., L’Art du terrain. Mélanges offerts à Howard S. Becker, L’Harmattan

Rapport STRANES, (2016), http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid30540/strategie-nationale-de-l-enseignement-superieur-stranes.html

siracusa J. (2008), Vacances sociologiques. Enseignement de la sociologie à l’Université. Presses universitaires de Vincennes

Soulié C., (2002) « L’adaptation aux « nouveaux publics » de l’enseignement supérieur : auto-analyse d’une pratique d’enseignement magistral en sociologie », Sociétés contemporaines, n° 48/4